• alencreclaire

La Cancel Culture

Orwell avait raison le plus court chemin vers la pensée unique, et ça va sans dire, la dictature, c’est de falsifier l’histoire, voire même de la supprimer. Faut-il célébrer Napoléon ? Les polémiques que suscite la question culturelle du moment demeurent possibles mais pour combien de temps ? Faut-il célébrer Napoléon, ou Bonaparte, le dictateur raciste, sanguinaire, colonialiste ou l’auteur du code civil ou encore le petit émigré corse à la réussite flamboyante ? Un être humain est encore autorisé à avoir plusieurs cordes à son arc. Mais pour combien de temps ? Les débats vont être passionnés et passionnants parfois. La contradiction, le paradoxe font partie de la nature humaine et par conséquent de son histoire. Revisiter l’histoire pour plaire au peuple en déboulonnant la statue de toutes celles et tous ceux qui dérangent, c’est s’attaquer à la mémoire de ce peuple. Oui, des personnages hideux, monstrueux ont eu leur moment de gloire. L’histoire est faite de moments justement et tous n’ont pas la même valeur, la même saveur, la même doxa mais tous comptent. Comment apprendre de ce qui a été effacé ? Doit-on déchirer les pages de Jane Eyre concernant la créole et folle Bertha Masson ou doit-on enseigner que la femme moderne anglaise qu’est Jane Eyre a un prix et que ce prix se nomme Bertha Masson ? Seules nos erreurs nous font progresser, encore faut-il pouvoir les connaître.

La cancel culture est un crime contre l’humanité.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Je n’ai pas de nom. Je viens de passer le porche qui sent l’urine ; hommes et animaux vident leur peur avant de pénétrer plus en avant, forcés par un destin qui leur échappe déjà. Je n’ai pas de nom,

Mais où ai-je bien pu mettre la garantie de cette foutue tondeuse ? Tiens, quelle drôle d’idée de penser à la tondeuse alors que je tente en vain de tenir droit, et si possible, debout, de ne pas tit

Le nuage de brume se dissipa et la voile apparut. Le sable blanc brûlait leurs yeux noyés de pluie. La terre. Pas vraiment la terre d'ailleurs, mais la mer et le sable à perte de vue. Leur imagination