• alencreclaire

Yanis

Je n’ai pas de nom. Je viens de passer le porche qui sent l’urine ; hommes et animaux vident leur peur avant de pénétrer plus en avant, forcés par un destin qui leur échappe déjà. Je n’ai pas de nom, mais je suis beau et la lutte doit sans doute leur plaire, car c’est la beauté qu’ils vénèrent de leur pouce. Les lacets de ma sandale trainent par terre, infimes traces de moi, de ma vie entravée par les mailles du filet. Je ne distingue que l’ombre de Cassius, ombre puante de sueur et d’effroi. Le cuir tressé me lacère la peau. Je me souviens de ma maison au bord de la mer, des oliviers en hiver, de ma barque effilée débordante de poissons. Ma femme me regarde. Sa jeunesse était alors son seul atour. L’ombre s’est approchée tout près de moi et d’un geste nerveux, Cassius enfonce sa lance dans mon cœur. J’avais un nom.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Orwell avait raison le plus court chemin vers la pensée unique, et ça va sans dire, la dictature, c’est de falsifier l’histoire, voire même de la supprimer. Faut-il célébrer Napoléon ? Les polémiques

Mais où ai-je bien pu mettre la garantie de cette foutue tondeuse ? Tiens, quelle drôle d’idée de penser à la tondeuse alors que je tente en vain de tenir droit, et si possible, debout, de ne pas tit

Le nuage de brume se dissipa et la voile apparut. Le sable blanc brûlait leurs yeux noyés de pluie. La terre. Pas vraiment la terre d'ailleurs, mais la mer et le sable à perte de vue. Leur imagination