• alencreclaire

Terre

Le nuage de brume se dissipa et la voile apparut. Le sable blanc brûlait leurs yeux noyés de pluie. La terre. Pas vraiment la terre d'ailleurs, mais la mer et le sable à perte de vue. Leur imagination ne connaissait pas les collines couvertes de palmiers, l'eau limpide et turquoise, la plage sans fin, si bien, qu'ils ne savaient que penser de cette beauté effrayante. Leur instinct avait le vertige. La traversée avait été houleuse et le roulis avait malmené leurs rêves. Les récits de matelots au clair de lune les avaient pourtant enchantés mais la mer n'avait pas encore effacé de leur vie le froid, l'humidité et la crasse. Dans leur tête, l'avenir avait encore les teintes du passé.

L'écume du rivage, et déjà, leurs pas s'effaçaient.


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Orwell avait raison le plus court chemin vers la pensée unique, et ça va sans dire, la dictature, c’est de falsifier l’histoire, voire même de la supprimer. Faut-il célébrer Napoléon ? Les polémiques

Je n’ai pas de nom. Je viens de passer le porche qui sent l’urine ; hommes et animaux vident leur peur avant de pénétrer plus en avant, forcés par un destin qui leur échappe déjà. Je n’ai pas de nom,

Mais où ai-je bien pu mettre la garantie de cette foutue tondeuse ? Tiens, quelle drôle d’idée de penser à la tondeuse alors que je tente en vain de tenir droit, et si possible, debout, de ne pas tit