• alencreclaire

La devineresse

Avec toute la souplesse qui est la sienne, mon cerveau est venu à bout de l’indéchiffrable nouveauté. Palimpsestes sibyllins par essence, stratifications friables d’une pensée nouvelle, l’inconnu s’est peu à peu immiscé dans mes neurones fébriles comme des plaques tectoniques en plein grabuge. Quand soudain, une pâle lueur digne d’un Turner inspiré, a déchiré ce sombre tumulte pour gratifier d’une pensée naissante mon cortex épuisé.

Mais, je sais qu’à la première lecture déjà, la divine était à l’œuvre. Sans répit, la sublime devineresse invoquait un panthéon que je vénère, un imaginaire qui m’est loyal. N’en déplaise à mon système limbique, sans elle, la pierre de Rosette qui m’est soumise aujourd’hui, comme toutes les pierres de Rosette, resterait une énigme.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout