• alencreclaire

La femme sauvage XXII


Mon âme-frère, j’entends ta colère.

Nous étions à peine mais nous étions déjà.

Pour ne pas disparaître, nous avons lutté.

Mon âme-frère te souviens-tu ?

A la vie, à la mort.

Toi sans moi puis moi sans toi. Nous étions un.

Mon âme tout juste naissante, s’est épuisée dans ce combat indigne,

Survivante, sans toi, je m’interdis.

Éternelle fulgurance.

Si je crie ta détresse, t’envoleras-tu de ta prison à ciel ouvert

Afin que ma vie advienne.

Mon frère-d’âme, mon hôte,

Laisse-moi enfin crier ton nom.

Serge.

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout